Des Généraux s’engagent contre le pacte mondial des migrations

 

Monsieur le Président,

Vous vous apprêtez à approuver le 19 décembre prochain le “pacte mondial sur les migrations sûres, ordonnées et régulières” qui institue un véritable droit à la migration. Il pourra s’imposer à notre législation nationale par le biais de traités préexistants ou du principe de responsabilité commune fixé dans ce pacte.

Il nous apparaît que la seule souveraineté qui restera à la France consistera à fixer librement la façon dont les objectifs du pacte devront être mis en œuvre. Vous ne pouvez pas céder ce nouveau pan de la souveraineté nationale sans un débat public alors que 80% de la population française considère qu’il faut stopper ou réguler drastiquement l’immigration. En décidant seul de signer ce pacte, vous ajouteriez un motif de révolte supplémentaire à la colère d’un peuple déjà malmené. Vous vous rendriez coupable d’un déni de démocratie, voire de trahison à l’égard de la nation.

Par ailleurs, les finances de notre pays sont exsangues et notre endettement progresse. Vous ne pouvez donc pas prendre le risque d’un appel d’air migratoire coûteux sans avoir démontré préalablement que vous ne serez pas obligé de recourir à plus d’impôts pour répondre aux objectifs du pacte. D’autre part, vous devez être capable, en terme sécuritaire, de juguler les conséquences liées à l’arrivée de populations extra-européennes. Enfin, vous ne pouvez pas ignorer que l’essence même du politique c’est d’assurer la sécurité à l’extérieur et la concorde à l’intérieur. Or, cette concorde ne peut être obtenue qu’à la condition de maintenir une certaine cohérence interne de la société seule capable de permettre de vouloir faire ensemble, ce qui devient de plus en plus problématique aujourd’hui.

En effet, l’Etat français réalise un peu tard l’impossibilité d’intégrer des populations trop nombreuses, de surcroît de culture totalement différente, qui se sont regroupées au cours de ces quarante dernières années dans des zones qui ne se soumettent plus aux lois de la République.

Vous ne pouvez pas décider seul d’effacer nos repères civilisationnels et nous priver de notre patrie charnelle.

Nous vous demandons donc de surseoir à la signature de ce pacte et d’appeler par voie de référendum les Français à se prononcer sur ce document. Vous êtes comptable devant les Français de vos actions. Votre élection ne constitue pas un blanc seing.

Général Antoine MARTINEZ

Nous soutenons l’initiative du Général MARTINEZ contre l’adoption de ce pacte qui doit être approuvé par les États membres de l’ONU le 19 décembre prochain.

M. Charles MILLON – Ancien Ministre de la Défense

Général Marc BERTUCCHI

Général Philippe CHATENOUD

Général André COUSTOU

Général Roland DUBOIS

Général Daniel GROSMAIRE

Général Christian HOUDET

Général Michel ISSAVERDENS

Amiral Patrick MARTIN

Général Christian PIQUEMAL

Général Daniel SCHAEFFER

Général Didier TAUZIN

Colonel Jean Louis CHANAS

Publicités

Acte 3 – Péripétie d’une invasion : le pacte de Marrakech

 

GLOBAL COMPACT FOR SAFE, ORDERLY AND REGULAR MIGRATION

FINAL DRAFT
11 July 2018

We, the Heads of State and Government and High Representatives, meeting in Morocco on 10 and 11 December 2018, reaffirming the New York Declaration for Refugees and Migrants and determined to make an important contribution to enhanced cooperation on international migration in all its dimensions, have adopted this Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration:

PREAMBLE
1. This Global Compact rests on the purposes and principles of the Charter of the United Nations.
2. It also rests on the Universal Declaration of Human Rights; the International Covenant on Civil and Political Rights; the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights; the other core international human rights treaties1; the United Nations Convention against Transnational Organized Crime, including the Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons Especially Women and Children and the Protocol against the Smuggling of Migrants by Land, Sea and Air; the Slavery Convention and the Supplementary Convention on the Abolition of Slavery, the Slave Trade, and Institutions and Practices Similar to Slavery; the United Nations Framework Convention on Climate Change; the United Nations Convention to Combat Desertification; the Paris Agreement2; the International Labour Organization conventions on promoting decent work and labour migration3; as well as on the 2030 Agenda for Sustainable Development; the Addis Ababa Action Agenda; the Sendai Framework for Disaster Risk Reduction, and the New Urban Agenda.
3. Discussions about international migration at the global level are not new. We recall the advances made through the United Nations High-level Dialogues on International Migration and Development in 2006 and 2013. We also acknowledge the contributions of the Global Forum on Migration and Development launched in 2007. These platforms paved the way for the New York Declaration for Refugees and Migrants, through which we committed to elaborate a Global Compact for Refugees and to adopt this Global Compact for Safe, Orderly and Regular

1 International Convention on the Elimination of All Forms of Racial Discrimination, Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women, Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment, Convention on the Rights of the Child, International Convention on the Protection of the Rights of All Migrant Workers and Members of Their Families, International Convention for the Protection of All Persons from Enforced Disappearance, Convention on the Rights of Persons with Disabilities. 2 Adopted under the UNFCCC in FCCC/CP/2015/10/Add.1, decision 1/CP.21. 3 Migration for Employment Convention of 1949 (No.97), Migrant Workers Convention of 1975 (No.143), Equality of Treatment Convention of 1962 (No.118), Convention on Decent Work for Domestic Workers of 2011 (No.189).
2

Migration, in two separate processes. The two Global Compacts, together, present complementary international cooperation frameworks that fulfil their respective mandates as laid out in the New York Declaration for Refugees and Migrants, which recognizes that migrants and refugees may face many common challenges and similar vulnerabilities.
4. Refugees and migrants are entitled to the same universal human rights and fundamental freedoms, which must be respected, protected and fulfilled at all times. However, migrants and refugees are distinct groups governed by separate legal frameworks. Only refugees are entitled to the specific international protection as defined by international refugee law. This Global Compact refers to migrants and presents a cooperative framework addressing migration in all its dimensions.
5. As a contribution to the preparatory process for this Global Compact, we recognize the inputs shared by Member States and relevant stakeholders during the consultation and stocktaking phases, as well as the report of the Secretary-General, “Making Migration Work for All”.
6. This Global Compact is a milestone in the history of the global dialogue and international cooperation on migration. It is rooted in the 2030 Agenda for Sustainable Development and the Addis Ababa Action Agenda, and informed by the Declaration of the High-level Dialogue on International Migration and Development adopted in October 2013. It builds on the pioneering work of the former Special Representative of the Secretary-General for International Migration and Development, including his report of 3 February 2017.
7. This Global Compact presents a non-legally binding, cooperative framework that builds on the commitments agreed upon by Member States in the New York Declaration for Refugees and Migrants. It fosters international cooperation among all relevant actors on migration, acknowledging that no State can address migration alone, and upholds the sovereignty of States and their obligations under international law.

 

Lire la suite →  

Dispositif de la DSPAP dans le cadre du rassemblement des gilets jaunes sur la capitale le samedi 08 décembre 2018

Plan complet du dispositif policier déployé sur Paris le 08 décembre 2018

DIRECTION DE LA SÉCURITÉ DE PROXIMITÉ
DE L’AGGLOMÉRATION PARISIENNE
ETAT-MAJOR
Département Commandement Opérationnel
Pôle Planification
Code INSEE : 75056370
Tél. : 01 53 71 28 91
RÉF. : 2018/105440

Objet : Dispositif de la DSPAP dans le cadre du rassemblement national des gilets jaunes sur la capitale le samedi 08 décembre 2018.
P.J : 1. réquisition du parquet de Paris
2. ordre particulier des transmissions
3. fiche interpellation
4. le tableau des violences urbaines
5. arrêté du Préfet de police du 6 décembre 2018
6. liste des interdits de paraître à Paris.
I – PRÉSENTATION DE L’EVENEMENT
L’annonce sur internet d’un nouveau rassemblement national par les « gilets jaunes » dans
la capitale le samedi 8 décembre afin de « dénoncer la politique gouvernementale » conduit à renouveler un dispositif de sécurisation renforcée en parallèle des mesures diligentées par la DOPC.la capitale le samedi 8 décembre afin de « dénoncer la politique gouvernementale » conduit à renouveler
un dispositif de sécurisation renforcée en parallèle des mesures diligentées par la DOPC.
II – CONSIGNES GÉNÉRALES
Dans le cadre du rassemblement national des gilets jaunes, la DSPAP met en place un dispositif d’interpellation dynamique, intégrant des équipes de la DRPJ en complément de ses effectifs, et de traitement judiciaire.
Suite aux affrontements violents et aux destructions commises le samedi 1er décembre, surtout autour de l’Étoile et dans un grand tiers ouest de la rive droite dès 9 heures du matin, les policiers sont appelés à faire preuve non seulement de vigilance, mais également de réactivité. Le dynamisme
opérationnel attendu ne remet pas en cause la sécurité en intervention, qui reste une préoccupation permanente des centres de commandement et des responsables des dispositifs.
III – COMMANDEMENT
Le dispositif est placé sous mon autorité et celle du directeur adjoint, Philippe PRUNIER, assistés de Pascal LE BORGNE, de Serge QUILICHINI, de Jean-luc MERCIER, de Nicolas DUQUESNEL et Virginie BRUNNER.

Les TN de district à Paris et les CIC de petite couronne avisent sans délai le CIC DSPAP de tout incident. Le centre opérationnel de la préfecture de police (COPP) est activé dès 08 heures avec un officier du pôle analyses de l’État-major de la DSPAP.
IV – DISPOSITIF OPÉRATIONNEL DE VOIE PUBLIQUE
Missions :
– interpeller les auteurs d’infractions flagrantes
– détecter tout rassemblement susceptible de converger vers les sites sensibles de la capitale.
– sécuriser les lieux touristiques et commerciaux
– procéder aux contrôles d’identité, des sacs, des bagages et à l’ouverture des coffres sur le
fondement de la réquisition du procureur de la République du TGI de Paris.
Ce dispositif d’interpellation, composé de 31 équipes de 25 à 30 policiers chacune, est programmé sur 18 sites sensibles de la capitale :

4.1 Lieu : Secteur Défense – Porte Maillot – Grande Armée : 4 équipes.
Prise de service : 07 h30 (Av de la Grande Armée tête Porte Maillot)
Effectifs : Sous l’autorité du commissaire de police Damien VALLOT (TI 15)
– 02 équipes de la SDSS/CSI 92
– 02 équipes de la SDSS/CSI 93
– 02 monospaces conduits et équipés par la DOSTL : Indicatifs Monospace 1 et 2.
4.2 Lieu : Secteur Champs Elysées Nord 8ème : 3 équipes.
Prise de service : 07 h30 (Av Friedland tête Arsène Houssaie)
Effectifs : Sous l’autorité du commissaire de police Bastien BARNABE (TI 51)
– 03 équipes de la SDSS/CSI 75
– 02 monospaces conduits et équipés par la DOSTL : Indicatifs Monospace 4 et 5.
4.3 Lieu : Secteur Champs Elysées Sud 8ème : 4 équipes
Prise de service : 07 h30 (Av Marceau tête rue Galilée)
Effectifs : Sous l’autorité du commissaire de police Florian FIGUES (TI J 08)
– 04 équipes (4 BTC D1) de la DTSP 75
– 02 monospaces conduits et équipés par la DOSTL : Indicatifs Monospace 6 et 7
4.4 Lieu : Secteur Trocadéro 16ème : 2 équipes
Prise de service : 07 h30 (Av Kléber tête Place Trocadéro)
Effectifs : Sous l’autorité du commissaire de police Etienne CHURET (TI 36 A)
– 02 équipes de la SDSS/CSI 94
– 01 monospace conduit et équipé par la DOSTL : Indicatifs Monospace 8

Lire la suite →         

Du traitement des objectifs mous dans l’art de la guerre

Du traitement des objectifs mous dans l’art de la guerre

« Les guerres sont faites par des soldats mobilisés et déployés pour s’entre-canarder. Disposé en première ligne, ce matériau humain est «soutenu» par un arrière, massivement constitué de civils sans défense. Ce «front intérieur» est désormais considéré comme un milieu où s’approvisionnent, se ressourcent, voire se dissimulent les combattants adverses, en vertu de la théorie du «poisson dans l’eau» chère à Mao Zedong. Peuvent s’y abriter des camps d’entraînement, des bases, où s’inaugurent de nouvelles formes de résistances, se fomentent d’odieuses agressions et émergent des menaces inédites. Ce biotope peut également être un vivier, un incubateur, où les graines de partisans, ces futures recrues, prolifèrent et se forment. De ce foyer émergera la relève »

Lire la suite →      

 

Comment la justice va s’y prendre pour bloquer « democratieparticipative.biz » l’un des sites les plus influents de la «fachosphère» ?

 

Le site Démocratie Participative  https://democratieparticipative.online /https://democratieparticipative.biz ) Propriété de David Johnson Jr, citoyen américain, est un site US d’expression française hébergé aux Etats-Unis (*) , où la liberté d’expression est protégée par le premier amendement de la Constitution … et que l’adresse IP du site renvoie vers une société américaine qui permet l’anonymisation du véritable serveur sur lequel il est est hébergé.

À ce jour, malgré plusieurs tentatives, la justice n’est pas parvenue à obtenir la fermeture de ce site bien connu de la « fachosphère »  pour les uns ou « réinfosphère » pour les autres,  et dont l’audience dépasse les 800.000 visites par mois. Sans compter que les auteurs et contributeurs préservent astucieusement leur anonymat, ce qui complique passablement les poursuites judiciaires déclenchées, en sous-main par les autorités françaises et certains lobbies, à la vocation et aux actions plus ou moins opaques sur lesquels nous nous étendrons pas.

Texte du premier amendement de la Constitution des Etats-Unis:

« Congress shall make no law respecting an establishment of religion, or prohibiting the free exercise thereof; or abridging the freedom of speech, or of the press; or the right of the people peaceably to assemble, and to petition the Government for a redress of grievances. »

« Le Congrès n’adoptera aucune loi relative à l’établissement d’une religion, ou à l’interdiction de son libre exercice ; ou pour limiter la liberté d’expression, de la presse ou le droit des citoyens de se réunir pacifiquement ou d’adresser au Gouvernement des pétitions pour obtenir réparations des torts subis. »

Affaire à méditer et à suivre…

 

 

Vêtements imperméables Baleno

Depuis 1974, la marque Baleno s’est fait connaître et est appréciée pour ses vêtements imperméables.
l’ activité s’est développée autour de notre tissu, le Flexothane®, inventé par M. Sioen, fondateur de l’entreprise Sioen. Sioen emploie à présent plus de 4 500 personnes et possède 34 usines dans 14 pays différents. tissu Flexothane® est produit en Belgique et est la référence pour les vêtements imperméables que l’on trouve dans le monde entier.

Lire la suite →   

La place du corps équipé des militaires dans le jeu interactionnel

Les présents travaux exposent les premiers résultats et leurs interprétations d’une thèse en cours portant sur la place des militaires dans l’espace public urbain français agissant dans le cadre du plan Vigipirate et de l’opération Sentinelle. Cette dernière est une opération intérieure qui consiste à déployer des forces militaires en ville et à proximité de sites spécifiques dans le cadre du plan de lutte anti-terroriste Vigipirate. Concrètement, ce déploiement se caractérise par des patrouilles mobiles à pied(et parfois en véhicule) ou par des dispositifs de surveillance statiques devant et autour de ces sites.

Lire la suite →